entrevue entre beats avec le docteur peet

July 6, 2016

Depuis quelque temps, j’ai tendance à remettre en question tous mes projets, toute entreprise qui monopolisera une certaine quantité de vie. Là maintenant, pourquoi faire X et pas Y? Alors qu’en est-il de cet article sur la rencontre avec peet? J’ai kiffé le moment présent à fond, maintenant, pourquoi écrire à ce propos? Pourquoi y consacrer ce temps? Pourquoi partager?

D’une part, si j’ai été jusqu’à vouloir rencontrer peet en personne, c’était de l’opportunisme alors que j’allais retrouver un autre Pierre à Bruxelles, après avoir rendu visite à l’ami Barnaby à Bristol (d’ailleurs ma présence ce 20 mars 2016 à Bristol a provoqué la future sortie de son premier album sur un de mes labels favoris, Project Mooncircle). Mais ça suffisait pas évidement. Il fallait surtout que ce soit l’artiste qui m’a le plus marqué en cette première partie de l’année avec Alpha Wann peu après (avant lui le dernier coup de coeur fût Contact Field Orchestra). La même chose était arrivée avec JeanJass. Y’a quelque chose avec la Belgique.

D’autre part, à titre personnel, je tenais fortement à revenir sur cette rencontre parce que je voulais m’assurer de tirer tout ce qu’il y a à tirer de cet épisode de ma vie pendant lequel, je me souviens, je sentais que j’étais à ma place, sur mon chemin. Quand j’étais là dans cette cave faisant office de studio, à côté de peet, qu’on se disait rien, qu’on savourait simplement les créations du 77. Régnait alors ce sentiment de justesse qui effaçait le monde matériel. Tout était parfait. Et je savais au fond de moi, que cet instant allait me marquer à jamais – pourvu que je ne l’oublie pas.

“Oh le mec, il raconte quoi là? Tout ça pour de la musique? en plus il se met à faire parler celui qui lit”. Je comprends ton point de vue. Mais c’est pas juste de la musique. Difficile de transmettre un ressenti. C’est pas tangible ce genre de chose. Peu importe. J’écris comme ça vient. Sans forcer. Sûrement de la même manière que l’équipage du bateau 77. Et je sais que parmi les auditeurs, les kiffeurs, ce récit fera écho.

*

C’est bel et bien bras et coeur ouverts que j’ai été accueilli dans la maison 77 lors de ma dernière escapade bruxelloise en mars dernier (2016). J’ai traversé Griseville à pied et en skateboard depuis la gare du Midi, me suis perdu, pourtant si proche du but, puis arrêté au piano bar Vintage pour que Google Maps me confirme que j’étais égaré, et m’indiquer le droit chemin pour le docteur.

– J’ai cru que tu viendrais plus. Heureusement que je suis resté à la maison (qu’il me dit plus ou moins). Toi aussi tu fais du skate.
– C’est juste pour me déplacer.
– Comme je vais vite avec !

Il me semblait bien que je l’avais vu en skate sur une vidéo. D’ailleurs il m’expliquera que sa planche à roulette c’est le fond du cover de PEATE, son premier EP alors fraîchement sorti. J’apprécie l’idée, la simplicité, en harmonie avec le personnage et son art.

“Voyager c’est nécessaire pour comprendre les siens. Sors de chez toi va faire un tour ailleurs. Le monde est petit quand tu l’compares à l’univers. On est des pions mais les pions ont des pensées, des pieds, des sentiments et des valeurs.

Très vite je rentre dans la bulle du temple 77. Après avoir échangé sur les tous récents événements de Bruxelles (“je suis pas encore sorti depuis, je sais pas comment c’est dehors”, non par peur, mais par habitude de rester dans sa tanière à faire du son), je me sens très vite déconnecté du monde extérieur en me plongeant dans la réalité de cette joyeuse petite tribu composée de cinq homo sapiens, une chienne et deux chats (maître Alphonse et le jeune William, posés sur des sièges de métro). Ah, j’oubliais le(s) poisson(s).

Y’a pas à dire, y’a de l’amour dans l’air. Et on s’en empreigne tout naturellement. Ce love on le ressent immédiatement dans tout ce qui est pondu dans ce poulailler créatif. Chacun amène sa touche. Ça fait des beats, ça écrit, ça pose des textes, ça fait des vidéos, ça rigole, ça chill, ça fume, ça mange des crevettes, ça vit quoi. Sans prise de tête. Juste de l’amour.

C’est justement ce mix d’esprit léger et de passion pour la musique et les choses bien faites qui fait selon moi le charme et l’efficacité du rap belge, de L’Or du Commun à JeanJass, en passant par Roméo Elvis et Caballero. Les textes ne sont pas forcement les plus profonds qu’on puisse retrouver dans le rap francophone, et comme me l’a dit peet, c’est pas le but.

J’ai pas envie que les gens soient là à devoir tendre l’oreille, “ah ouais il a dit ça, c’est cool.” […] J’aime bien être très simple dans mon écriture, je suis comme ça dans la vie en général. J’suis pas quelqu’un qui a le pire vocabulaire, qui lit plein de livres, donc j’vais déjà pas te parler avec un vocabulaire d’extraterrestre. Ou faire des métaphores de folie. J’suis très simple dans c’que j’raconte. […] Le rap c’est pas juste des beats et des mots comme ça. C’est beaucoup plus que ça. Y’a l’attitude dedans. Parfois c’est aussi chanté.

Cela dit dans ce rap léger on y trouve toujours une certaine sagesse et un talent indéniable dans le jeu de mot qui personnellement me rend tout particulièrement reconnaissant envers mes parents d’avoir émigré en terre francophone.

Le premier EP de peet arrive après quatre ans de production de beats et de textes de manière assidue, au moment où s’opère naturellement le déclic artistique avec le morceau Frer. Jusque là, il n’était pas encore totalement satisfait de ce qu’il faisait.

Pour ceux qui veulent prendre le temps, j’ai concocté pour l’occasion une sélection de rap francophone agrémentée de bouts de conversations enregistrés pendant cette belle rencontre du 24 mars 2016 à Bruxelles.

playlist
Manau – L’avenir est un long passé
MC Solaar – Séquelles
JeanJass – Mes Jambes
peet – Looza
peet – kalm
peet – JDM
Pink Flamingo – She Goes (feat. Rico TK & Fred Koriban)
Basengo – Vie de Robot
Roméo Elvis x Le Motel – Copain (feat. Swing)
Jazzy Bazz – Les chemins
Makala – Golf feat. Alpha Wann
Le 77 – Freestyle 1
peet – samedi
peet – Frer
L’Or du Commun – Griseville
Goulash – Des tonnes de sable feat. Noza & Kalo de 78
peet – Wrap
peet – smooth feat. Roméo Elvis

À mentionner le tout récent projet issu de la maison 77 : MATEMATIK.

Personnellement, cette rencontre et le rap belge en général me motive à continuer encore plus décidé dans la musique, à m’investir sérieusement dans la composition et à me tourner vers une forme d’écriture plus concise et plus fun.

Merci à vous les filous, vous faites la diff.

(J’en profite pour partager aussi le dernier clip de JeanJass parce que c’est de la bombe et… ça motive.)


Télécharger PEATE

peet
http://facebook.com/docteurpeet
http://soundcloud.com/drpeet

LE77
https://soundcloud.com/le77

Osti ! On a pas parlé du rap québécois avec peet je crois, du coup pour le rattrapage on fait ça comme il faut, avec le court-métrage sur une journée dans la vie de KNLO, en prémices à son premier album solo qui sortira cet automne. Avertissement : c’est très légèrement lourd.